TRIBUNE – Repartir du bon pied !

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le 11 mai dernier la France sortait d’une période inédite qui a plongé un grand nombre d’entreprises dans une sorte de léthargie fonctionnelle. La fin du confinement interprétée trop souvent à tort comme une ligne d’arrivée a plutôt initié un nouveau départ avec toutes ses interrogations. Comment repartir du bon pied et faire en sorte qu’une année amputée de quelques semaines d’activités ne plombe pas trop le résultat de l’entreprise ? Comment est-ce que nos collaborateurs vont se comporter vis-à-vis de cette épidémie ?

Par Hervé Retailleau – dirigeant de CEMAFOR CONSEIL

Autant de questions que chaque chef d’entreprise, chaque manager de service ont à l’esprit depuis un peu plus de 3 mois. Regrouper les troupes est la première chose à faire avant de parler chiffre d’affaire ou indicateurs de performance. Cela passe par une modification de l’échelle du temps dans les structures en privilégiant des points managériaux plus rapprochés, en évitant de se projeter trop loin.

Du training individuel renforcé, des points journaliers, hebdomadaires voir mensuels pour suivre au plus près l’évolution des comportements dans vos structures. La période d’avant congés est maintenant derrière nous, il nous faut repartir du bon pied et se concentrer sur le dernier quadrimestre où il est important de relancer la machine, d’avancer pour rechercher de la performance de bien terminer l’année pour préparer 2021. Le meilleur moyen de se faire peur est de vouloir comparer l’année en cours avec l’année passée. Oublier ses indicateurs, rester plutôt concentrer sur ses équipes, sur les progrès qu’elles font même s’ils paraissent modestes.

Cette période post-confinement est synonyme d’inconfort, de stress voir peut-être choquante pour certains. Afin de luter efficacement contre ce sentiment d’inconfort, des solutions existent :

  • 1. Donner du sens, expliquer pourquoi l’échelle de temps n’est plus la même, pourquoi les process ne sont pas les mêmes, pourquoi les mesures sanitaires doivent être respectées même si elles sont contraignantes.
  • 2. Savoir définir des priorités, être à la fois focus et résilient
  • 3. Aider et accompagner ses collaborateurs avec la mise en place de training ou/et de coaching individuel.
  • 4. Manager sans doute plus qu’à l’habitude, être au plus près de vos équipes en apportant de la reconnaissance au quotidien.

En se focalisant sur l’humain, c’est 25 % de performance globale à aller chercher. Privilégier la qualité des heures travaillées à la quantité semble plus opportun pendant cette période si particulière. Le défi qui attend nombre d’entreprises pour repartir du bon pied est de pouvoir concevoir un environnement physique et psychologique et des pratiques qui génèrent structurellement de l’engagement et de l’efficacité chez les collaborateurs pour une meilleure performance globale et collective.

Aujourd’hui et sans doute encore plus qu’hier, la coopération est devenue un impératif absolu dans un monde de complexité ou aucun individu ne dispose du savoir ou des informations nécessaires pour avancer seul. Mais comme souvent, le savoir n’est pas suffisant et le clamer haut et fort dans l’entreprise ne l’est pas non plus. Les salariés d’une entreprise travailleront véritablement ensemble non parce que la direction le leur demande, mais parce qu’elle a créé les conditions pour que chacun soit incité à le faire en activant les bons facteurs d’influence du comportement.

Share.