ST8 permet aux PME de se financer sur la blockchain

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

ST8 est une plateforme blockchain créee par un consortium dans le but d’aider les PME françaises à lever des fonds. Inaugurée cette semaine, elle va permettre aux PME sélectionnées d’émettre des jetons financiers (security tokens) qui représentent en fait des actions digitalisées.

Par Franck Boccara

Lever des fonds sur la blockchain ! Cela devrait être possible à partir de cette semaine grâce à cette technologie empruntée au Bitcoin. En effet, la plateforme française ST8 va « tokéniser » les actifs financiers en offrant la possibilité aux entreprises sélectionnées sur dossier d’emprunter des fonds et d’émettre des actions classiques en mettant sur le marché ses fameux « security tokens » (actions digitales) à l’aide de la blockchain. Du côté investisseurs, ST8 va s’adresser aux acteurs traditionnels que sont les family office, les fonds d’investissement et les business angels.

Se financer différemment

La valeur ajoutée de cette nouvelle forme de financement est de créer une solution alternative aux financements classiques qui ne sont pas toujours en phase avec les besoins de nos PME comme l’explique Paul Bougnoux, le Président de Psion Finance, une des trois sociétés initiatrices du projet avec Havas Blockchain et Tokeny : « Toutes les entreprises n’ont pas envie d’aller en Bourse ou de faire entrer un fond à leur capital ».

Se financer sur mesure

Ces « jetons financiers » offrent les moyens à l’émetteur de définir les droits qu’il accorde à l’investisseur en échange de ses fonds : droit au bénéfice, part du capital, etc… Ces opérations sur-mesure s’adapte donc mieux aux besoins spécifiques de chaque PME en leur laissant une autonomie plus importante sur la forme qu’elles veulent donner à ces financements.

Se financer plus vite et moins cher

Les dirigeants de ST8 affirment que les émissions de tokens (limitées à 8 millions d’euros par opération) demeurent plus rapide et moins onéreuses que les financement habituels. « C’est une clé du potentiel succès des security tokens », affirme Fabien Aufrechter, responsable d’Havas Blockchain.

En effet, le modèle est plus rapide car les dossiers se montent en quelques jours du fait d’une réglementation plus souple (le prospectus soumis à visa AMF n’est pas nécessaire). Il est également moins onéreux dans la mesure où les « coûts liés à la sécurité et à la gestion des dossiers sont inférieurs » selon Paul Bougnoux

Reste à savoir si les PME sont prêtes à sauter le pas pour adopter ce mode de financement qui rappelle un peu les ICO (levées de fonds en cryptomonnaies) qui ont atteint des sommets entre 2017 et 2018 avant de chuter dans le sillage des principales cryptomonnaies…. l’avenir nous le dira.

Share.