Legaltechs : Quelques conseils pour bien choisir

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Les legaltechs, ces « start-up juridiques », offrent leurs solutions en ligne et permettent souvent aux PME et ETI de gagner du temps et de l’argent dans la gestion de leurs formalités juridiques simples. En effet, quelques instants devant un ordinateur suffisent pour régler des problématiques relevant de domaines tels que la gestion et création d’actes, les litiges et droit des consommateurs et bien sur la création et la gestion d’entreprise. Mais le choix du prestataire qui vous correspondra le mieux n’est pas si simple… voici quelques critères à prendre en compte avant d’opter pour une des 75 legaltechs existantes en France.

Par Franck Boccara

Tout d’abord, il s’agira de bien connaître leur offres et de voir quelles sont celles qui respondent le mieux à vos besoins car les legaltechs se renouvellent régulièrement en proposant des services en perpétuelle évolution. Pour  se différencier, certaines vont proposer des solutions de déclaration d’impôt en ligne et de conseil fiscal (MaFiscalité.com ou Tacotax par exemple) ou même de sécurisation des données clients notamment grace au le système blockchain.

Après avoir étudier la compatibilité avec les besoins de l’entreprise, il faudra s’orienter vers des legaltechs dont la fluidité et l’ergonomie de l’interface sont pratiques et simples à utiliser afin de gagner en rapidité et en efficacité. Ainsi, les services support, le processus et la relation avec les professionnels du droit devront rester performants en offrant un suivi très poussé de chaque dossier gratuitement ou à titre payant si le cas entraine vraiment l’intervention d’un professionnel du droit.

Evidemment, le fait de rendre le droit plus accessible ne doit pas nous faire oublier que c’est un domaine extrèmement complexe…. il faudra donc faire appel à des prestataires compétents et vérifier que les avocats partenaires de ces legaltechs soient des professionnels expérimentés. Pour cela, il est préférable d’opter pour un acteur dont la renommée n’est plus à faire en effectuant une petite enquête en vous renseignant dans votre entourage ou en consultant tout simplement les notes des utilisateurs. qui doivent normalement apparaitre sur le site, si ce n’est pas le cas il faudra se montrer méfiant.

Il n’est pas toujours facile d’évaluer le niveau de fiabilité des legaltechs dans la mesure où il n’existe pas de réglementation officielle . Toutefois, il existe un moyen de vérifier que celles-ci respectent leurs obligations en termes de sécurité et de confidentialité, pour cela il faudra s’assurer qu’elles ont bien signé la  » Charte Éthique pour un marché du droit en ligne et de ses acteurs « . Cette charte a été instaurée par les professionnels du droit et gérée par l’association ADIJ (Association pour le Développement de l’informatique juridique) et par l’association OPEN LAW.

Le dernier conseil, qui pourrait paraitre superflu, est de bien comparer les tarifs car en l’absence de prix réglementé, chaque site facture ses solutions de façon libre. Il existe également des packs complets que les legaltechs proposent pour offrir des tarifs encore plus bas et cela mérite d’être étudié. De plus, certains sites sont gratuits et d’autres payants. Pour ces derniers il faudra faire attention aux frais cachés et veiller à la transparence des coûts.

Share.