Coronavirus: Bpifrance crée un numéro vert pour les entreprises

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Un numéro vert a été mis en place par Bpifrance pour soutenir et guider les entreprises subissant des difficultés économiques liées à l’épidémie de Coronavirus (COVID-19). La banque publique d’investissement vous répond depuis le mardi 11 mars au 0 969 370 240.

Ce numéro vert permettra aux dirigeants d’entreprise d’être orientés vers des agences de la Banque publique d’investissement dans le but de traiter leurs problèmes de trésorerie.

Le ministère de l’économie et des finances a annoncé par la voix de Bruno Le Maire que Bpifrance était « mobilisée pour soutenir les PME et les ETI » et que « la garantie des prêts a été portée de 40 à 70% ».

Nicolas Dufourcq, Directeur général de Bpifrance, a déclaré de son côté que « Toutes les équipes sont mobilisées, à travers nos cinquante implantations régionales, pour soutenir les TPE et PME dans la crise qu’elles traversent à cause du Coronavirus. Le dispositif éprouvé de la garantie est une réponse d’impact massif, qui pourra les aider à passer ce cap difficile ».

En effet, la banque publique d’investissement volent au secours des entreprises en garantissant les prêts de trésorerie auxquels les entreprises pourraient avoir recours pour palier au torts causés par le coronavirus. Les entreprises pourront aussi demander le remboursement de leur CIR (crédit impôt recherche) 2019, en déposant leur dossier avant le 18 mai 2020. 

Echéances sociales et fiscales

Le gouvernement a décidé de muscler et simplifier sa réponse économique à la baisse d’activité provoquée par l’épidémie de coronavirus. Pour les prochaines échéances sociales et fiscales prévue pour le 15 mars prochain, les entreprises en difficultés auront la possibilité de demander le report de leurs charges sociales par « simple envoi d’un email » selon le ministre, qui a aussi promis de reporter le paiement des échéances fiscales de la manière la plus simplifiée possible.

« Nous avons prévu un dégrèvement d’impôts directs au cas par cas, pour les entreprises qui seraient menacées de disparition en raison de l’impact économique de l’épidémie » a expliqué Bruno Le Maire.

Share.